Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2021 1 18 /10 /octobre /2021 02:18
la vie dans l'océan pacifique en Nouvelle Calédonie

Etant donné que je ne goute guère à l'inaction, l'exploration des fonds sous-marins de l'océan pacifique lors de cette période passée en outre-mer et notamment en Nouvelle Calédonie en attendant de rejoindre Wallis est quelque chose d'inévitable !

Les photos et les vidéos sont prises uniquement en surface, au bord du littoral de Nouméa, équipé d'un masque, d'un tuba et de palmes.

La rencontre des poissons clowns bistrés, à proximité de leurs anémones, avec le plaisir de toujours les retrouver au même endroit sur cette plage de la baie des citrons.

les clowns bistrés

les clowns bistrés

A la différence de la méditerranée et de nos côtes atlantiques, les petits poissons sont très colorés et contribuent beaucoup à la beauté des récifs de corail. 

Ci dessous, les poisson papillons et le sergent-major ciseau (noir et blanc).

diversité de poissons colorés

diversité de poissons colorés

Bien d'autres spécimens parcourent ces récifs et sont craintifs (comme les perroquets), cela ma rajoute une tâche très difficile pour les capturer dans l'objectif !

Ci-dessous des poissons vivants en banc, la demoiselle néon (coloration bleue), le poissons capucin d'herbier (avec un liseré), le fusilier azur (coloration bleue avec nageoire en forme d'épée).

demoiselles néons, capucins d'herbier,  fusiliers azurs
demoiselles néons, capucins d'herbier,  fusiliers azursdemoiselles néons, capucins d'herbier,  fusiliers azurs

demoiselles néons, capucins d'herbier, fusiliers azurs

Je rencontre beaucoup de serpents marins (serpent noir en photo) dans les eaux peu profondes, parsemées de petits massifs coralliens dans ce lagon, le secteur où les petits poissons viennent pondre leurs œufs. Ce serpent marin est le plus souvent très près du fond, sauf pendant les phases respiratoires (remontée en surface de quelques secondes),.

Le tricot rayé (noir et blanc) aperçu est en train de remonter pour prendre une respiration, est une espèce endémique de Nouvelle Calédonie. Il est aussi à l'aise sur terre (en photo) que dans l'eau, de la famille des serpents amphibies. Ses attaques sur l'homme sont très rares, mais son venin est 10 fois plus puissant que celui du cobra royal ! même s'il se nourrit plutôt des espèces comme les murènes, congres et autres poissons. 

poursuite du serpent marin noir :

https://www.facebook.com/christophe.carpentier.7/videos/928248291458760

le serpent marin noir et le tricot rayé
le serpent marin noir et le tricot rayé
le serpent marin noir et le tricot rayé

le serpent marin noir et le tricot rayé

La rencontre d'un étrange poisson, extrêmement mince et effilé, avec une queue se prolongeant en un long filament : le poisson flûte ! Il peut évoluer de manière solitaire ou en petit banc. Il est complétement piscivore.

https://www.facebook.com/christophe.carpentier.7/videos/942090273012637

le poisson flûte

le poisson flûte

Quel bonheur de pouvoir rencontrer une tortue marine lors de mes explorations quotidiennes. 😍 La tortue verte est la plus connue, elle fréquente les eaux de plus de 20°C. Elle doit son nom à la couleur de sa graisse verte, du fait des algues qu'elle consomme. Mais celle-ci a un régime alimentaire qui varie en fonction de son âge : d'abord carnivore dans sa jeunesse, elle devient ensuite herbivore. Sur cette partie de l'océan pacifique que je fréquente, des attaques de requins se sont produites, d'ailleurs des panneaux sont présents pour le rappeler (voir sur l'une de mes pages précédentes de ce blog). Cela peut expliquer que cette tortue ne lui reste plus qu'une nageoire supérieure, l'autre a du satisfaire l'appétit de l'un de ces squales ! 😢

immersion avec la tortue marine :

https://www.facebook.com/christophe.carpentier.7/videos/1002770533622446

tortue verte

tortue verte

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 01:16

Après le premier volet de 600 pages de "Papillon", il est temps de se replonger dans "Banco" afin de patienter jusqu'au déconfinement de la Calédonie (prévu théoriquement le 15 octobre). Nous sommes donc toujours confinés dans notre chambre de 20m2 à l'Auberge Mocambo de Nouméa, dans l'attente d'un vol pour Wallis.

Cela fait 6 semaines que nous sommes arrivés sur le caillou de la Nouvelle Calédonie ! et notre bonheur consiste à prendre ce qui nous est donné ; un magnifique territoire dont nous ne nous lassons pas de contempler tous les jours !🌴

après 13 années dans les chemins de la pourriture Henri Charrière cherche à se construire une nouvelle vie

après 13 années dans les chemins de la pourriture Henri Charrière cherche à se construire une nouvelle vie

Nous admirons cette magnifique île très diversifiée. Nous sommes dans la province sud, le nord et les îles représentent les 2 autres provinces de la Nouvelle Calédonie. Les quelques semaines passées sur ce territoire nous permettent de mieux connaitre le fonctionnement de ce territoire d'outre-mer et les environs de notre hôtel, essentiellement bordés de plages.🏝

un jardin de rêve pour nos enfants sortant pour la 1ère fois de la métropole
un jardin de rêve pour nos enfants sortant pour la 1ère fois de la métropoleun jardin de rêve pour nos enfants sortant pour la 1ère fois de la métropole

un jardin de rêve pour nos enfants sortant pour la 1ère fois de la métropole

Lors de nos quelques heures passées en covid free, j'ai pu observer la faune marine et les différents espèces présentes sur la baie des citrons. Il y a bien la présence de quelques serpents marins, dont la plupart sont très venimeux (des cousins des mambas et cobras !). Mais comme ils ne sont pas agressifs envers l'homme, ainsi le risque de se faire mordre est très faible. J'ai rencontré l'hydrophis major (un serpent rayé) venant dans la baie des citrons, que nous fréquentons, pour se nourrir des nombreux poissons chats présents. Il y a également une abondante présence de poissons multicolores, comme les poissons clowns au coeur de leur anémone que j'ai pu observer, comblant l'aquariophile que je suis. La présence de requins est également possible sur ces plages et quelques conseils sont donnés, permettant d'éviter de les croiser.

encore beaucoup d'explorations à réaliser...
encore beaucoup d'explorations à réaliser...

encore beaucoup d'explorations à réaliser...

Les marées de l'océan pacifique sont marquées, permettant aux enfants de chercher quelques animaux aquatiques dans les rochers.

la vie dans l'eau

la vie dans l'eau

Nous avons pu observer et écouter les perruches (Loriquet en photo) dans les cocotiers bordant la plage. Nouméa possède un grand parc orné de palmiers, à proximité de notre hôtel permettant de s'évader autrement.

la faune, la flore
la faune, la flore

la faune, la flore

C'est également l'occasion de remonter sur le vélo et de bénéficier d'un autre moyen de déplacement et de défoulement ! Nous sommes déterminés à suivre le chemin que nous avons choisi. La durée de notre séjour sur le caillou n'est pas définie ! Un jour, il sera temps de rapatrier les habitants wallisiens !

la liberté n'a pas de prix
la liberté n'a pas de prix

la liberté n'a pas de prix

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2021 1 13 /09 /septembre /2021 06:14

Petit résumé depuis notre départ de métropole:

A notre arrivée le 22 août à l’aéroport La Tontouta en Nouvelle Calédonie, nous prenons la direction de Nouméa, où nous effectuons une quatorzaine strict à 4 dans une chambre de 20m2 à l’hôtel Le Mocambo (sans pouvoir sortir de la chambre hormis pour les promenades biquotidiennes sur le toit de l’hôtel !). A la sortie nous effectuons tous les 4 un test RT-PCR. Ensuite, au moment où tous nos bagages sont dans l'avion, le vol est annulé pour Wallis. Nous sommes alors isolés dans une suite à l’hôtel Le Méridien (sans pouvoir sortir de l'hôtel, comme-ci nous entrons dans une 2ème quatorzaine consécutive !). Pendant ce temps, le territoire calédonien entre en confinement strict. Au bout de 4 jours passés dans ce magnifique hôtel, nous sommes contraints de changer de logement, car nous sommes négatifs au covid et l’hôtel Le Méridien est réquisitionné par le gouvernement pour recevoir les cas covid+, palliant l’afflux à l’hôpital. Nous sommes alors replacés, avec nos 13 bagages dans l’hôtel le Mocambo et retrouvons notre chambre de 20m2. Nous pouvons alors sortir de l'hôtel, pour bénéficier de la dérogation de déplacement comme tous les autochtones confinés de ce territoire.

(ci dessous le retour à 4 dans 20m2)

les confinésles confinés

les confinés

Nous nous sommes faits livrer un jeu d'échecs. C'est alors l'occasion d'initier les garçons ...un bon apprentissage pour combler les absences à l'école ! d'ailleurs le grand a vite compris le déplacement de toutes les pièces et commence à organiser ses stratégies !

4éme semaine en Nouvelle Calédonie, pour 4 confinés dans une chambre hôtel

Les jours se suivent et se ressemblent…dans l’attente d’un vol pour Wallis

Ce dernier rebondissement nous permet de retrouver notre liberté, car nos sorties ne sont enfin plus surveillées. Mais notre liberté se limite à 1 km de notre logement. Nous sommes situés heureusement à proximité d’une plage où évidemment les activités nautiques sont interdites pendant ce confinement strict, mais cela reste notre grand bol d’air face à l’océan pacifique sud, où les enfants peuvent jouer dans le sable et les rochers, à la recherche de noix de cocos...

(ci dessous les derniers survivants : les garçons font leur Koh Lanta Nouvelle Calédonie !)

 koh lanta !
 koh lanta !

koh lanta !

Nous suivons les communiqués de presse du gouvernement calédonien et l’intervention du haut commissaire de la république (représentant l’état). Un couvre-feu va en plus être mis en place à partir de demain. Mais cette dernière décision ne risque pas de perturber notre quotidien de confinés à l’hôtel !

Nous savons que le préfet de Wallis va renforcer les mesures sanitaires car la peur du variant delta est encore plus grande, en observant la Nouvelle Calédonie. Cela n’est pas un bon présage pour nous, en effet cela va se traduire par une probable autre quatorzaine sur Wallis, où les conditions de vie à 4 seront encore plus dures à vivre, car l’hôtellerie n’est pas du tout développée sur ce territoire français qui ne reçoit pas de touriste !

Le chemin semble encore long avant d'atteindre la destination finale et de pouvoir vivre librement. La distance qui nous est accordée de 1 km autour de l'hôtel risque d'être trop courte pour nous contenir indéfiniment !

En attendant, nous confectionnons les noix de coco, tandis que Papillon (Henri Charrière) s'est échappé de l'ile du diable sur son radeau d'écorces de noix de coco...

le chemin est encore long...

le chemin est encore long...

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2021 4 09 /09 /septembre /2021 02:17

Le Dimanche 5 septembre, c’est le jour de notre sortie de la quatorzaine, nous permettant de découvrir le paysage que nous avons contemplé de la fenêtre et du toit de notre hôtel durant 15 jours ! C’est aussi le premier bain pour tous les 4, dans la baie des citrons à Nouméa au cœur du pacifique sud (avec le masque mais aussi le tuba !) et notre première soirée en covid free en Nouvelle Calédonie (sans masque en espace clos) ! Nous respirons et nous fêtons autour d'un verre notre libération...nous avons tenu à 4 dans nos 20 m2 !

(ci dessous la liberté retrouvée mais l'avenir nous dira que c'est seulement pour 24H !)

libérés 24 H
libérés 24 Hlibérés 24 H

libérés 24 H

L’embarquement à l’aéroport de Nouvelle Calédonie, à destination de l’ile de Wallis est prévu le lundi 6 septembre. Tous les passagers du vol se pointent à l’enregistrement des bagages sans masque (bah oui c’est covid free !). On nous demande notre test RT-PCR à tous les 4 (réalisé la veille car nous sortons d’une quatorzaine !).

Nous passons la douane, nous assistons au transfert de nos bagages dans la soute...j'aperçois le vélo...tout va bien....il n’y a plus qu’à embarquer.

(ci-dessous le temps passe à l'aéroport et rien ne se passe !) 

les heures passent et rien ne se passe !

les heures passent et rien ne se passe !

Nous l’apprendrons quelques jours plus tard, le gouvernement de Wallis a demandé à tester tous les passagers qui ne présentaient pas de test RT-PCR sur ce vol (le test covid n’est pas obligatoire sur les transports aériens pour les autochtones de Nouvelle Calédonie, car c’est covid free !). Nous l'apprendrons également ensuite, la Nouvelle Calédonie possède 2 cas de covid+ au moment de notre embarquement.

Les heures passent et nous restons plantés à la porte de notre avion. Nous apprenons alors qu’un test s’est avéré positif sur un autochtone prévu sur ce vol ! Le gouvernement de Wallis refuse de recevoir notre vol ! Notre retour se fait donc à Nouméa en soirée (encore une journée de perdue !) où la sécurité civile nous isole dans un hôtel (un peu plus spacieux car nous avons pleuré pour ne pas encore nous retrouver dans 20 m² à 4 !) situé cette fois dans la baie de Anse Vata à Nouméa. Nous sommes maintenant dans l’attente de savoir ce qui va se passer pour nous, pour les jours qui suivent !

(ci dessous un hôtel 5 étoiles pour 4 innocents mis en isolement sur l'île de la réclusion !)

hôtel 5 étoiles pour 4 innocents ! hôtel 5 étoiles pour 4 innocents !

hôtel 5 étoiles pour 4 innocents !

Le mardi 7 septembre, nous récupérons de cette fatigue nerveuse et accusons le coup d’être encore enfermé dans un hôtel pour la 3ème semaine consécutive. Les murs vont encore nous regarder vivre !

La Nouvelle Calédonie totalise alors officiellement ce 6 septembre, 3 cas de covid+. Il y a environ 290 000 habitants en Nouvelle Calédonie et il y a 40 places en réanimation ! le plan blanc est activé. C’est la panique, le gouvernement confine tout le monde pour minimum 15 jours !

Le staff médical vient encore nous prendre la température, deux fois par jour, comme-ci nous étions sur une deuxième quatorzaine consécutive !!! Ils ne nous considèrent pas comme cas contact, mais comme personne susceptible d’avoir été en contact avec la personne positive de l’aéroport !!!??

Ils nous interdisent de sortir de notre chambre d’hôtel !! la goutte d’eau qui fait débordé le vase !!??!

(ci dessous, l'enfermement et les mêmes activités se poursuivent sur une 3ème semaine !)

enfermement, l'activité se poursuit !enfermement, l'activité se poursuit !enfermement, l'activité se poursuit !

enfermement, l'activité se poursuit !

Nous réfléchissons à une révolte, car nous ne sommes pas traités de la même façon que tous les autres passagers de ce vol à destination de Wallis. En effet les autochtones sont allés se confiner chez eux et d’autres personnes (venant de métropole) qui sortaient de quatorzaine comme nous, sont parties se confiner dans leurs familles…

Nous demandons à parler aux responsables qui nous surveillent ! Nous parlementons au téléphone sur la ligne du standard et ensuite une lieutenante de la sécurité civile vient nous parler à notre porte. Nous évoquons que nous envisageons, coûte que coûte, de sortir pour bénéficier des mêmes droits que les autochtones, en utilisant l’attestation de déplacement dérogatoire, pour le droit à l’activité physique dans la limite d’1h quotidienne dans un rayon d’1km autour de l’hôtel. La lieutenante nous dit que seules les personnes qui ont une autorisation médicale ont la possibilité de sortir (exemple cas de phlébite,…). Nous finissons la conversation en évoquant que nous allons faire appel à un médecin.

10 minutes après, 4 personnels viennent nous chercher pour nous encadrer pour une sortie 1/2h, dans la cour de l'hôtel et cela 2 fois par jour.

Nous avons enfin réussi à bénéficier de la promenade quotidienne, celle qui est autorisée aux détenus de tout centre pénitencier dans une cour ! mais nous sommes libres et avons le droit d'utiliser l'attestation de déplacement dérogatoire lors du confinement instauré par le gouvernement calédonien.

Au 9 septembre, la Nouvelle Calédonie essaie de gérer les 66 cas covid+ dont 7 en réanimation. Aucun cas encore sur Wallis, qui se protège et va prendre son temps avant de nous recevoir !

Nous rêvions d'une nouvelle vie avant de partir, d'une évasion sur les iles et les lagons...nous sommes pris en otage par la progression de la pandémie, avec le variant delta qui a déjà sévi sur les Antilles et la Polynésie Française...

(ci-dessous la promenade des détenus à peine 1/2h matin et après midi dans la cour de l'hôtel ! )

promenade sur l'ile de la réclusion !
promenade sur l'ile de la réclusion !promenade sur l'ile de la réclusion !

promenade sur l'ile de la réclusion !

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 07:22

Nous allons bientôt retrouver notre liberté tant espérée et si chère ! mais il est nécessaire de tenir encore quelques jours. Déjà ou plutôt 10 jours d'isolement se sont passés, dans cette chambre de 20 m2 à 4 au 3ème étage d'un hôtel de Nouméa, où nous contemplons la Nouvelle Calédonie de la fenêtre !

la proximité est quotidienne

la proximité est quotidienne

Il est aussi nécessaire de manger en binôme dans cet espace réduit dédié à la prise des repas, soit sur le bord d'une demi-table ! (ci-dessous petit déjeuner des enfants)

emplacement pour les repas

emplacement pour les repas

Chacun tient un rôle afin d'assurer le bon déroulement des journées. Le matin, un papa matinal fait la lessive quotidienne avec le génie sans frotter ! puis il pratique un peu de renforcement musculaire, pendant que tout le monde dort. Il se charge de toute la vaisselle de la journée. La maman prépare toutes les activités (scolaires, motricité) pour les enfants sur la journée, parfois le papa en propose quelques unes (combats de judo sur le lit ou découverte de la faune océanique du pacifique à l'aide de l'outil informatique).

 

activités avec les enfantsactivités avec les enfants

activités avec les enfants

Le dernier né se charge de la réception, afin de répondre aux appels de l'hôtesse de la réception. Celle-ci nous sollicite 2 fois/jour pour demander si nous avons besoin de quelque chose et si tout va bien ! tout le monde est vivant ? En attendant les appels, il a bien essayé de déplacer les murs et de jouer à passe-muraille !

passe-muraillepasse-muraille

passe-muraille

L'avant dernier né a joué de sa stratégie pendant ses 10 jours, afin d'essayer de nous faire sortir avant l'heure ! Il a confectionné des clefs en carton, afin de déjouer le plan du staff médical, dont la mission est de nous surveiller pendant 14 jours, nous empêchant de rejoindre notre île ! 

le stratège !

le stratège !

Mais notre échappatoire reste les promenades biquotidiennes tant attendues, accordées aux détenues que nous sommes, par le staff médical. Ceci n'est possible qu'après validation de la prise de température à la porte de notre chambre, afin de bénéficier de la promenade !

intervention du staff médical
intervention du staff médical

intervention du staff médical

Les promenades sur le toit de l'hôtel sont l'occasion d'échanger avec les autres détenus destinés à aller également sur l'île de Wallis. Mais aussi de réaliser quelques jeux de plus grandes envergures avec les enfants et de se lancer des défis, comme réaliser, pour le papa un 10 km sur un grand balcon !

le toit terrasse-balcon de l'hôtel
le toit terrasse-balcon de l'hôtel
le toit terrasse-balcon de l'hôtel
le toit terrasse-balcon de l'hôtel
le toit terrasse-balcon de l'hôtel

le toit terrasse-balcon de l'hôtel

Cet isolement à 4 pour 14 jours dans une chambre d'hôtel marquera le début de notre aventure, avant de rejoindre notre île destinée Wallis.

Une expérience inoubliable car unique, dans cette difficulté de vivre avec si peu d'espace, si peu de liberté...pour 4 personnes habituées aux grands espaces et très actives...

Pour tenir, il nous aura fallu faire preuve d'adaptation et l'amour d'un papa et d'une maman pour leurs enfants a fait le reste !

Partager cet article
Repost0
24 août 2021 2 24 /08 /août /2021 04:37

Avec cette réclusion à 4 en chambre d'hôtel, il faut faire en sorte que chaque jour soit différent, car si nous sommes partis pour découvrir l'autre bout du monde, c'est que nous ne sommes pas adeptes de la routine ! 

Alors dans un espace de 20 m2, il faut innover dans la pratique de l'exercice physique, mais également dans l'apprentissage pour deux enfants de 4 et 6 ans ! Nous découvrons virtuellement le cagou, cet oiseau vulnérable, emblème de la Nouvelle Calédonie !

https://www.facebook.com/christophe.carpentier.7/videos/914009089153825

diverses occupations dans la chambre d'hôteldiverses occupations dans la chambre d'hôtel
diverses occupations dans la chambre d'hôteldiverses occupations dans la chambre d'hôtel
diverses occupations dans la chambre d'hôteldiverses occupations dans la chambre d'hôteldiverses occupations dans la chambre d'hôtel

diverses occupations dans la chambre d'hôtel

Nous voici donc en quatorzaine à 50 m de la fameuse plage de la baie des citrons et de son lagon. Deux sorties quotidiennes sur le toit de l'hôtel nous permettent d'augmenter notre espace de vie pendant 1/2 h. C'est l'occasion de se dégourdir les jambes et de réaliser quelques km à chaque sortie. Les barrières nous rappellent vite qu'il faut oublier les grandes foulées !  😉 

J'ai mis les pieds sur le toit de l'Europe mais ici je dois me contenter de les mettre sur celui d'un hôtel !😕

Nous sommes encadrés à notre sortie de la chambre jusqu'au toit de l'hôtel par le staff médical. Des caméras dans les couloirs et au niveau des paliers de chaque étage nous rappellent que la surveillance est présente 24h/24 et 7j/7 !

le toit de l'hôtel !le toit de l'hôtel !le toit de l'hôtel !
le toit de l'hôtel !le toit de l'hôtel !
le toit de l'hôtel !le toit de l'hôtel !

le toit de l'hôtel !

Les repas sont servis sur des crochets au niveau de la porte de notre chambre, 3 fois/jour. Les plats cuisinés nous apportent un peu de réconfort. Le cuisinier est très généreux et aime également les desserts !

Afin de prendre le départ pour ce grand voyage, je me suis fais vacciné avec deux doses Comirnaty,  j'ai obtenu un test RT-PCR covid-19 négatif avant de rentrer dans les airbus où nous avons toujours porté le masque chirurgical, avec Emilie. Du personnel médical nous a pris la température à l'aéroport de Nouvelle Calédonie et une autre équipe médicale le fait également 2x/jour à notre l'hôtel où nous sommes nourris et logés à 4 pendant 14 jours...1 autre test RT- PCR sera réalisé à la sortie de la quatorzaine.

Tous ces coûts (vaccins, tests RT-PCR, personnel médical, 14 jours à 4 nourris et logés) sont énormément de frais pour l'état, pour 4 personnes qui ne sont pas malades.....et les moyens (humain et matériel) restert toujours insuffisants pour soigner les malades dans les hôpitaux ! 

repas gastronomiques !repas gastronomiques !
repas gastronomiques !repas gastronomiques !

repas gastronomiques !

Partager cet article
Repost0
23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 05:55

En ce jour, c'est la saint Christophe et le départ pour le grand voyage ! mais Christophe ne serait-il pas le patron des voyageurs !!

Dans un premier temps il a fallu de la Creuse, rejoindre l'aéroport de Paris avec un transporteur local afin de prendre en charge nos 11 valises, le VTT et la charriote à vélo ; soit 5 heures de route avec quelques bouchons ! Au revoir Saint- Fiel et à dans 2 ans 😥

Arrivée à Roissy-en-France, une nuit à l'hôtel était nécessaire afin de pouvoir être à l'heure à l'embarquement, le lendemain matin.

trajet Saint-Fiel - Roissy-en-France
trajet Saint-Fiel - Roissy-en-Francetrajet Saint-Fiel - Roissy-en-France

trajet Saint-Fiel - Roissy-en-France

Après une visite de l'aéroport en attendant l'embarquement, nous avons l'agréable surprise de rencontrer l'équipe de France paralympique destinée aux jeux de Tokyo.😍

Ensuite, la première étape du voyage a consisté à réaliser Paris-Tokyo avec 11 h de vol ! Les 2 petits ne sont pas encore rentrés à l'école et déjà ils obtiennent un diplôme délivré par le commandant de bord 😉

Paris-Tokyo (Japon)Paris-Tokyo (Japon)
Paris-Tokyo (Japon)Paris-Tokyo (Japon)
Paris-Tokyo (Japon)Paris-Tokyo (Japon)

Paris-Tokyo (Japon)

Accueil des nippons en tenue de protection anti-covid où nous restons 4 heures en escale à Tokyo. C'est l'occasion pour nous de faire connaissance avec les passagers qui se destinent à aller à Wallis.

Ensuite vient la deuxième étape avec un autre vol réalisé en 8h40 entre le Japon et la Nouvelle Calédonie.

Tokyo - La Nouvelle Calédonie
Tokyo - La Nouvelle CalédonieTokyo - La Nouvelle Calédonie

Tokyo - La Nouvelle Calédonie

Une fois arrivés en Nouvelle Calédonie, un nouveau protocole nous est imposé, avec prise de température à l'aéroport.

Arrivés à l'hôtel, impossible de ressortir de notre chambre pendant 14 jours"! "c'est non négociable" ! "les repas seront accrochés à un crochet à côté de votre porte" ! 😪

Mon ami Henri Charrière va m'aider à relativiser cette étape avant de pouvoir rejoindre non pas les iles du salut mais bien celle de Wallis ! nous sommes mieux soignés que sur l'ile du diable, prise de température 2 fois/jour !

Mais nous ne pensons pas à la cavale mais admirons la vue de notre hôtel dans l'espoir d'en profiter lorsque notre liberté nous sera retrouvée ! 😉

Nouméa
NouméaNouméa

Nouméa

Partager cet article
Repost0
28 mai 2019 2 28 /05 /mai /2019 15:22

Me voila de retour sur l'ékiden de La Souterraine, pour une 5ème participation avec les SAM. Cela m'avait manqué de ne pas effectuer cette course d'équipe l'année dernière !

Lors de ma 1ere participation (2013), nous avions réalisé en équipe mixte un temps qualificatif pour le championnat de France de l'ekiden. Tous nos chronos avaient été judicieusement calculés, avant la course par Olivier Dupont. Il nous avait tellement bien coaché, que nous les avons tous réalisés...

En 2015, nous avons eu un blessé pendant la course. Il a eu le courage de finir son relai, pour ne pas pénaliser l'équipe (avec un 10 km en 49 min). Cela nous a permis d'être classé, 4ème quand même. C'est aussi ça l'esprit de l'ekiden !

Ensuite, nous avons gagné au scratch les éditions de 2016 et 2017, et déjà l'équipe avait pris une allure de vétérans, si bien que nous nous appelions déjà les MASTERS des SAM.

L'année dernière, je n'étais pas présent et l'équipe se classa 2éme, derrière Endurance 23.

Pour l'année 2019, l'équipe "les SAM Outsiders" a de l'expérience. Elle a déjà couru tous les ekidens cités plus haut, avec parfois une modification, et cette année la nouveauté est l'arrivée de Lucas Gaumet, un junior qui a participé au cross national FFA et au cross national SP (avec moi).

 

l'équipe du SAM Guéret

l'équipe du SAM Guéret

Dés le 1er relai, nous sentons que le niveau est très élevé, avec Endurance 23 (les vainqueurs de 2018) présentant une équipe encore plus performante que l'année précédente. Mais une autre équipe fait également forte impression, elle vient de l'allier et elle prend la tête sur les 2 premiers relais. Nous observons la course en 3éme position, les écarts commencent à se creuser.

2 min de retard sur les 2emes et 3 min sur les 1ers, c'est à ce moment là que je vais prendre mon relai. Habitué au relai sur le 10 km, cette année, je changeais de place dans l'équipe des 6 coureurs en prenant le dernier départ, soit 7,195 km à accomplir. Difficile de reprendre du temps sur une si petite distance. L'équipe a fait le job, nous sommes à notre place, il y avait plus fort devant nous. Je tape dans la main de Lucas et part dans l'espoir de revenir sur mes adversaires. Mais mes espoirs se sont vite dissipés, car les derniers relayeurs d'endurance 23 et de Montluçon n'ont pas faibli.

Au bout de l'effort, j'assure le meilleur temps sur le 7,195 km mais de très très peu devant avec Endurance 23 (Vincent Raspic), c'est à dire 2 secondes !!

l'ekiden de La Souterraine, vu de l'intérieur (25/05/2019)

Et puis, il y a eu cette deuxième partie de l'aventure ekiden, où nous nous sommes retrouvés au Loft. Nous avons vu de la lumière, alors nous sommes rentrés pour la remise des récompenses !

Les SAM finissent avec le plus grand nombre d'équipes présentes, avec le club de Glénic Sport Nature, un exploit d'avoir pu rivaliser avec les rouges.

L'ekiden rassemble, il y a un niveau de sympathie très présent entre toutes les équipes, même entre celles qui viennent pour performer ! Bravo à toutes les coureurs(es) qui ont pu passer le relai à leurs coéquipiers(es) pour que ces équipes réalisent ce marathon, en bouclant 42,195 km. A 6, c'est quand même plus simple qu'individuellement !

l'ekiden de La Souterraine, vu de l'intérieur (25/05/2019)
Partager cet article
Repost0
2 mai 2018 3 02 /05 /mai /2018 16:08

Partons à la découverte de ce petit bout de France où il est bon de se laisser porter par la pirogue qui s’enfonce dans la forêt amazonienne.

Pourquoi la Guyane…c’est la question à laquelle nous avons dû le plus répondre durant notre voyage !!

Ce n’est donc pas l’eau pure et claire des bords de plage qui font de la Guyane une destination rêvée. Nous nous sommes intéressés à la vie de ses différents peuples (venus de 5 continents), à ses grandes étendues vierges de forêts, à ses biodiversités à la fois animale et végétale... et aussi à l’histoire du bagne de Cayenne, suivant les traces de ses anciens bagnards…et puis la Guyane, c’est surtout le contact direct avec l’aventure !

 

Voici un petit résumé en photos non-exhaustif,  de ce voyage de seulement 15 JOURS,  sur le lien suivant :

http://chriscarpenter.over-blog.com/un-été-en-guyane

 

Nous avons parcouru la descente du fleuve le Maroni, sur 3 jours, avec 2 nuits en hamac (à Papaichton et à Grand Santi), soit environ 280 km, en PIROGUE de fret (embarcation qui navigue sur le fleuve avec du chargement et des habitants du fleuve). Cette première étape du voyage, nous a permis de nous immerger dans la vie des noirs-marrons, des bushinengés.

Ensuite, nous avons longé la bande côtière de Saint-Laurent du Maroni à Cayenne, en STOP, car ce département qui est aussi une région, est très mal desservi en transports communs ! cette partie nous mène à découvrir les vestiges du bagne, mais aussi de s’échapper sur l’ile royale pour continuer à suivre les bagnards les plus connus. Ce BAGNE est raconté dans les détails par le guide de l’ile royale, il fût l’un des plus durs au monde…(se référer à Seznec, Henri Charrière (auteur de "Papillon" et "Banco"), Dreyfus,..)

Nous avons aussi visité Cacao et son MARCHE, pour rencontrer les Hmongs (peuple issu du Laos), mais aussi visité le musée des insectes, animé par un instituteur passionné, élevant en captivité de très nombreuses espèces…un régal !

Nous nous sommes rendus dans les MARAIS de Kaw, pour naviguer en pirogue de nuit et de jour dans cette réserve naturelle, avec nuit en hamac sur un des canaux du marai). Nous avons pu observer les caïmans noirs et les caïmans à lunette, assoupis sur les berges.

Nous avons RANDONNE au sein de la forêt primaire sur des sentiers balisés, où nous étions minuscules, tellement cette forêt est majestueuse et généreuse. Nous comprenons pourquoi les pirogues peuvent-elles être aussi longues !

 

 Nous avons erré plusieurs jours dans Cayenne, fréquentant les créoles, les amérindiens (autour de Cayenne), et des anciens martiniquais (recueillis en Guyane après l'éruption de la montagne pelée), et aussi son marché et ses étals débordants de fruits et de légumes exotiques.

Et puis nous avons fait cette belle rencontre, celle de l'émergence des TORTUES LUTH...une SPLENDEUR de la nature...il a suffit d'une soirée guyanaise, pour nous permettre de tomber sur ces nouveaux-nés ! certains ont regagné l'air libre après avoir creusé et poussé le sable, pour remonter à la surface (environ 80cm de hauteur)...ensuite ils ont attendu le moment propice pour rejoindre l'océan atlantique...cette dernière étape n'est pas sans embuches ! certains d'entre-eux n'arriveront pas jusqu'à l'océan...j'observais quelques uns d'entre-eux, inanimés le lendemain matin, sur le sable, pendant le footing matinal...dire que cette miniature va peser prés de 400kg et mesurer prés de 2m à l'age adulte ! si elle y parvient..

 

Notre itinéraire, tracé sur carte :

en violet (vol interne)

en rouge (descente du Maroni en pirogue)

en blanc (auto-stop)

 

itineraire-copie-1.jpg

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2018 1 22 /01 /janvier /2018 17:03
L’Open de Felletin (23)

Après l’arrêt total du Judo, durant 18 années, en septembre 2017, je reprenais une licence au Judo Club Guérétois.

Jusqu’en 1999, j’avais pratiqué l’activité en compétition durant 10 années en club ; ceinture noire (CN) 1er Dan à 17 ans après 5 années de pratique, puis 2eme Dan à 19 ans, puis 3ème Dan à 21 ans.

Ce dimanche 21 janvier 2018, c’est la reprise de la compétition avec un tournoi régional vétéran (+ de 39 ans et oui les années passent !) toutes catégories de poids confondues…par contre en 20 ans j’ai perdu de nombreux kilos puisque je faisais 71 kg à l’époque…mais entre-temps, il y a eu le chapitre course à pied…

Je me retrouve dans une poule de 6 combattants, où chacun doit se rencontrer. Je vais me rendre compte que l’ordre des combats qui m’est destiné, me sera favorable, car au fil de la compétition, je vais combattre contre des judokas de plus en plus forts, me laissant le temps de prendre mes repères !

Le premier combat arrive, ce sera le seul judoka qui sera de mon poids (67 kg), une CN de Grand-Bourg (23)…le stress monte, je me demande si j’ai bien fait de m’engager la dedans, tant d’années se sont écoulées, j’ai tellement de bons souvenirs sur le tatamis…et pourquoi je ne les revivrais pas ! mais à 46 ans…le corps ne répond plus pareil !

Sur la 1ere action, j’ai le palpitant tellement haut que je me relève, pour reprendre mon souffle et ne continue pas le travail au sol !

Sur une 2ème action, je place uchi mata, marque wazari, pour contrôler au sol. L’immobilisation est comptée, mais il est en train de m’étrangler, alors j’abandonne l’immobilisation pour me saisir de l’un de ses bras tendu et lui placer une clef de bras, ippon. C’est bon, je suis entré dans cette compétition, j’ai retrouvé mes repères, mes sensations de judo, la confiance va monter crescendo…

Après ce 1er combat, j’observe et analyse mes futurs adversaires…

2ème combat, c'est avec une ceinture marron, il est plus lourd, mais ce n'est pas encore le maximum de la poule. Quelques secondes me permettra de placer un morote seoi nage, ippon.

3ème combat, c’est un gros costaud, qui a expédié ses adversaires debout en quelques secondes, il fait 90 kg. J’apprendrai après qu’il est CN 4eme Dan à Bellac (87), donc avec de la technique. La partie de bras de fer s’engage, il tente des seoi, que j’esquive. Puis je tente un o soto gari, en force, je marque ippon, mais l’arbitre de coin donne wazari. Le combat reprend donc, je gère les 30 secondes restantes et gagne à la fin du temps réglementaire.

4eme combat, un costaud également CN d'environ 90 kg de Bellac, mais moins technique, je marque wazari assez vite et enchaine au sol en l’immobilisant, ippon.

5ème combat, c’est la finale, nous avons tous les 2 gagné nos 4 combats, c’est le prof de judo de Tulle (19)...on peut dire que c'est un professionnel, CN 3ème Dan, 90 kg de muscle et de technique, il a tout gagné ses combats et très rapidement. C’est dur dès le début du combat, je lance quelques seoi, mais le mur ne bouge pas. Je sens qu’il est également très fort au sol. Je n'ai pas trop de solutions. Et sur une action en bordure, je prends ippon sur uchi mata.

Bien content de cette journée, j’ai eu quelques félicitations par rapport à ces combats effectués et notamment de celui qui gagne l’open des seniors, le talentueux Yann le Bras. Cela me touche et va m’encourager pour la suite.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Chris Carpenter
  • : présentation de différentes activités sportives de plein air illustration de différents voyages à destination d'horizons lointains
  • Contact

Profil

  • chris
  • adepte des grands espaces, des voyages lointains, amoureux de la nature,...
ancien judoka chevronné (ceinture noire 3eme dan), pratique de la course à pied en compétition, du vélo de route, de la natation, de la PPG...
  • adepte des grands espaces, des voyages lointains, amoureux de la nature,... ancien judoka chevronné (ceinture noire 3eme dan), pratique de la course à pied en compétition, du vélo de route, de la natation, de la PPG...

Pages

Liens