Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 16:39

En 2014, j'étais 2ème au niveau du 16ème km de la course, quant une contraction musculaire sur l'ischio-jambier m'empêche de finir l'épreuve. Un mois et demi auparavant (début avril), j'avais accompli le marathon de Paris (en 2h49). J'ai trainé une fessalgie durant toute la préparation marathon et le jour du marathon.

En 2015, je fais la course devant avec Christophe Conroix, nous sommes ensembles, jusqu'au 18ème km, et puis il me distança...

En 2016, je sortais aussi du marathon de Paris (début avril), aucune blessure ne me perturba, mais un extra-terrestre (venu de l'allier) me devança sur l'épreuve de plus de 5 min. Je réalise mon meilleur chrono avec 1h20.

Comme chaque année, je me prépare bien pour cette épreuve du mois de mai, que j'affectionne. C'est un beau parcours au milieu d'un beau village creusois, sur deux boucles à réaliser, avec quelques bonnes montées. Le dénivelé (200m+) ne favorise pas le bon chrono sur ce semi-marathon. Pas de marathon de Paris cette année, mais je ne suis pas plus frais !

En effet mon 2ème fils Loris n'a que 4 mois et ne fait pas ses nuits. Il me réveille plusieurs fois, lors des 3 dernières nuits avant l'épreuve, je suis en manque de sommeil, il fait plus chaud que l'année 2016, des passages en chemin sont bien gras, mais j'ai toujours cette très forte envie de performer sur cette épreuve !

Mon histoire avec le semi-marathon de Moutier d'Ahun
Repost 0
Published by chris - dans sport
commenter cet article
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 15:02

Ce 11 décembre 2016, je décide, avec Cyrille un coureur du Lac, de courir un 10 km labellisé, dans l’Indre, réputé roulant. Une occasion de juger mon état de forme du moment et de vérifier si mes entrainements sont toujours de qualités et suffisants.

La météo est idéale, pas de vent, la température est fraiche, sans être trop hivernale.

Vingt minutes d’échauffement avec Cyrille et puis il faut rejoindre le haut du viaduc de "Le Blanc", pour le départ.

Derrière cette ligne de départ, je sens la présence d’une masse importante de coureurs (plus de 300), dans laquelle se trouve forcément de nombreux coureurs aguerris.

Je suis très heureux de pouvoir faire ma dernière course de l’année ici, une très belle occasion de se faire plaisir, dans un département limitrophe, aux côtés de coureurs inconnus de nous.

Je me place juste derrière la ligne de départ pour ne pas être gêné dés le premier kilomètre, car l’espace n’est pas large sur ce viaduc. Je me sens détendu avant le coup de pétard, car je n’ai aucune pression de résultat, si ce n’est cet objectif personnel de courir sur la base de 3 min 30 au kilomètre.

Je suis dans l'allure dés le premier kilomètre et me retrouve dans un groupe de 4 autres coureurs. Ce petit peloton coure à allure régulière et respecte l'allure fixée. Cela me convient très bien.

Récit d'un 10 km FFA !

Je reste à l’abri dans ce groupe, je n’ai pas de scrupule car je suis entouré de séniors, tous dans la force de l’âge ! D’ailleurs il n’y a pas vraiment de prise de relai dans ce groupe. Deux coureurs mènent et donnent le rythme. Je reste vigilant en restant bien positionné et attend que les kilomètres passent. Durant la course, aucun coureur ne reviendra sur nous et nous ne doublerons personne (une douzaine de coureur reste devant).

J’attends avec impatience les deux derniers kilomètres, car nous avons eu l’info que la fin se déroule en descente !

J’ai pensé à sortir du groupe car sur le 4ème et le 5ème kilomètre, nous avons perdu un peu de temps. Mais faire la course seul, c’est prendre le risque de ne pas tenir. Il faut mieux garder du jus pour tenter de finir plus vite.

Au septième kilomètre, j’accuse un peu le coup, le rythme du groupe est revenu à 3’30/km, je fais l’effort de rester au contact. J’attends le 8ème kilomètre pour pouvoir relâcher dans la partie descendante et refaire du jus avant le final.

Arrive le 8ème kilomètre, la partie descendante ne se présente toujours pas, je commence à être bien entamé ! je m’accroche encore au groupe qui a perdu deux coureurs. Nous sommes plus que trois maintenant et le rythme est encore de 3’30/km.

Au 9ème kilomètre, les parties descendantes commencent, et je peux récupérer sans baisser le rythme, derrière mes deux compagnons de route.

Dans ce dernier kilomètre, nous nous rapprochons du stade. Enfin nous entrons dans ce stade. Je sens que la fin est proche et prends la tête du trio, mais lorsque je porte mon accélération, je me rends compte qu’il faut encore parcourir le tour du stade !

L’arrivée est encore loin ! J’accuse le coup et les deux coureurs me repassent devant.

Récit d'un 10 km FFA !

Puis il ne reste que 200m, je donne tout ce qu’il me reste dans le moteur pour ne pas perdre le contact avec les deux coureurs.

A ce moment je pense encore au chrono que je me suis fixé et non à la place.

Nous finissons tous les trois au sprint. Le maillot vert terminera en tête, puis je passerai en deuxième position. Une seconde nous séparera tous les 3.

Récit d'un 10 km FFA !

Je réalise 35’02, un record personnel sur 10 km labellisé, améliore de 45 secondes le chrono de l’année dernière, avec une moyenne 17,12 km/h. La densité de coureurs à ce niveau m’a permis de me pousser dans mes retranchements.

Je n’ai jamais trop cherché à réaliser une performance sur 10 km, car je totalise un nombre à mon actif de 10 km labellisé de 5, sur 10 années de pratique de courses à pied en compétitions.

Je pense que je reviendrais à Le Blanc, pour me tester dans les prochaines années, car ce 10 km est très plaisant.

Repost 0
Published by chris - dans sport
commenter cet article
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 16:09
semi-marathon de Moutier d'Ahun
Repost 0
Published by chris - dans sport
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 06:00
Victoire sur les foulées oranges de Saint Christophe (23)

Comment passer d'une course de 43 000 à 70 coureurs ? et bien en faisant une course nature de 14 km en Creuse, trois semaines après le marathon de Paris !

Quel plaisir de recourir en pleine nature et de retrouver les chemins et la belle forêt de chabrière, avec ses portions pentues.

Je l'ai pourtant hait cette forêt, car mes jambes n'étaient pas préparées pour ce type de parcours. Je venais de passer plus de deux mois d'entrainement sur le bitume et le plat pour réaliser le marathon de Paris. Ensuite il a fallu récupérer pendant une semaine, et se remettre au footing sur une autre semaine. L'entrainement en forêt, n'a été que de courte durée, juste avant cette course.

Victoire sur les foulées oranges de Saint Christophe (23)

Je réalise un départ prudent, car la pente se présente très vite. L'avantage d'une telle course, est de connaitre presque tous les coureurs. Je reste au contact des premiers, où les coureurs du 8 km imposent un train assez rapide. Je m'accroche dans la première partie de course, sans trop subir, mais le cardio est montée très haut. Je ne me sens pas prêt à assurer la tête de course.

Puis vient la bifurcation 8 km - 14 km, nous nous retrouvons à deux avec Rémi D, sur le grand parcours. Rémi continue à assurer un rythme soutenu. Mes jambes répondent bien sur ces portions accidentées, mais le cardio n'est toujours pas redescendu, pas habitué à ces changements de rythme. Je me dis que je suis en train de "manger mon pain noir". Je digère le départ rapide et j'espère que mon heure viendra par la suite.

Les km passent, le duo de tête que je forme a creusé l'écart sur les poursuivants. Je pense à m'échapper, mais je ne suis pas assez fort et confiant sur mes aptitudes sur ce type de parcours, très gras et pentu, qui me pompe pas mal d'énergie. En plus, j'ai à mes côtés un spécialiste du trail, il ne va rien lâcher...

Puis arrive une portion, avec une multitude de pontons en bois à franchir, toujours dans cette forêt de chabrière, qui ne laisse pas pénétrer le soleil, pourtant bien présent. Rémi glisse, une première fois, je l'aide à se relever, il n'y a pas de mal. Je redouble de prudence sur ces passages. Puis Rémi glisse de nouveau sur un autre ponton, sans mal. Je sens un manque de vigilance de son côté. A la sortie des pontons, j'ai complétement récupéré de ce début de course, nous atteignons les 8 km de course.

A la fin de ces pontons, Rémi a baissé le rythme, je me dis que 6 km à réaliser seul n'est pas insurmontable, je reprends le rythme de début de course et creuse l'écart. Je sais pourtant que j'en ai pas trop en réserve, je fais un petit coup de bleuf, mais je suis confiant sur mes capacités à lui résister. Les km passent et d'autres pentes raides me font du mal. J'ai peur qu'il revienne sur moi sur les montées, et me retourne sans cesse ! Je sais que cette fin de parcours sera plus à mon avantage car elle est descendante. Je ne suis pas très confiant, car Rémi est toujours à quelques mètres de moi. Mais je vais maintenir cet écart d'une trentaine de secondes, durant toute cette fin de parcours. Je connais bien cette fin de course, j'ai déjà gagné l'année dernière, devant Rémi d'ailleurs !

Finalement, je finis cette course avec 40 secondes d'avance sur Rémi, comme l'année dernière, en 1h00'47", soit à 13,8 km/h, avec pas loin de 400 m de dénivelés positifs.

 

Victoire sur les foulées oranges de Saint Christophe (23)
Repost 0
Published by chris - dans sport
commenter cet article
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 21:46
au milieu de 53 coureurs, il est rare de ne pas finir seul !

au milieu de 53 coureurs, il est rare de ne pas finir seul !

Ce dimanche 17 mai 2015, le temps est idéal pour courir. Le parcours de ce semi-marathon est vallonné, avec plus de 200m de dénivelés positifs, dans un mélange de chemins de terre et de route.

Je réalise un départ prudent, et me retrouve dans un petit peloton de 6 à 7 coureurs. Je laisse mener la course, dans un premier temps , car il va falloir bien la gérer. Cette distance, je ne l'ai pas encore réalisée cette année !

départ enmené par quelques anonymes !

départ enmené par quelques anonymes !

Puis au 5ème km, le train de course ralentit, ou plutôt, je me sens prêt à mener et à faire ma course. Je suis prêt à imposer mon rythme, d'ailleurs je fais vite le trou, et Christophe Conroix me rejoint. Nous sommes maintenant deux, pour en découdre. Et au vu de l'allure que l'on s'impose, nous n'avons pas d’inquiétude sur un éventuel retour de derrière.

Les km passent et se ressemblent. j'échange quelques mots avec Christophe, lui exprimant mon inquiétude, de pouvoir maintenir ce rythme jusqu'à l'arrivée.

Je connais tous ses résultats de courses, depuis ma première course réalisée en Creuse (Bététe, 2012). Et tout d'un coup, en plein effort, je me remémore son dernier chrono sur semi-marathon. C'était à Tulles, il y a seulement 2 mois, en 1h14min ! Un chrono improbable pour moi ! Ce ne sont pas des choses positives qui me viennent à l'esprit en pleine bataille ! Mais il me rassure, en me disant de tenir le plus longtemps possible...Nous continuons côte à côte.

passage du 11ème kilométre

passage du 11ème kilométre

Les foulées s'enchainent, jusqu'au 18ème km, je suis toujours placé aux côtés de Christophe. Puis il me prévient qu'il va allonger la foulée. Je commence à avoir les jambes lourdes. Je n'insiste pas pour le suivre et préfère gérer ma fin de course, dans l'objectif de réduire au maximum l'écart entre nous. La fin de parcours est montante, cela va augmenter la difficulté et l'espoir de le rejoindre ! Je n'ai rien pu faire pour gagner ce semi-marathon de Moutier-d'Ahun.

52 secondes me séparent du premier et prés de 3 min du 3ème.

Repost 0
Published by chris - dans sport
commenter cet article
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 07:29

3 creusois aux championnats france 10km

Le 19 avril 2015, Olivier Dupont, Hassane Zeryouth et Chris Carpentier des SAM Guéret côtoient le haut niveau français des courses hors stade, en participant aux championnats de France sur la distance de 10 km. Pour cela, ils ont dû réaliser un temps qualificatif durant l’année qui précède cet évènement.

Ces trois vétérans, non spécialistes de la distance, mais dotés d’une bonne expérience de courses, du trail au marathon, se sont mesurés aux meilleurs de la discipline au milieu de 3000 coureurs, répartis sur trois courses. C’est sur la première course que ces trois athlètes allaient en découdre, au milieu de 760 coureurs, regroupant les juniors et les vétérans, au bord des rives du lac du Bourget.

Un magnifique cadre, sur les rives du plus grand lac naturel de France, entouré de montagnes, où l’objectif de réaliser un bon chrono parait difficile, de part la densité de concurrents sur un espace réduit de course lors du premier kilomètre, ajouté au vent de face présent sur la deuxième partie de la course. Olivier et Chris se classent respectivement 85 et 220 ème dans la catégorie V1 sur 319 coureurs. Hassane finit 156ème sur 198 coureurs dans la catégorie V2. Avec un coureur de plus, une équipe creusoise aurait pu figurer au classement de cette compétition.

vietnam 20150418 155103

Repost 0
Published by chris - dans sport
commenter cet article
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 09:31

Strava  

Après une saison 2013/2014 en demi-teinte ! durant laquelle le marathon fut mon principal objectif, et où une fessalgie est venue troubler toute ma saison !
Me voici donc reparti pour une nouvelle saison et de nouvelles aventures ! 

Blessac-11.JPGCe 7 septembre 2014 est ma reprise, sur une course nature creusoise de 10 km.
Première bonne nouvelle, j’oublie cette fessalgie durant ces 39 minutes d'effort !
L'effet de la première nouvelle m'a permis de m'imposer sur cette course !
Cette deuxième nouvelle est bon signe pour la suite de la saison !

Je vais pouvoir poursuivre les entrainements en pensant aux prochains objectifs ! 

 

Je fais un départ prudent, ainsi, je me retrouve avec 4 autres coureurs durant les 5 premiers kilomètres (où les principaux clubs creusois sont représentés : « le lac », « Glénic », « foulée des vieilles pierres » et « le sam » !). Dés le début, l’allure est vivement menée par Glénic, je connais le parcours, il faut en garder sous le pied jusqu’à la fin !

Etre parti tout seul en milieu de course l’année dernière, m’avait couté la première place!

 

Aux 3-4ème kilomètres, c’est au tour de « foulée des vieilles pierres » d’assurer le rythme, Glénic accuse le coup, je veille la tête de course !

Puis arrive le 5ème kilomètre, une longue montée se présente, je décide de mener la course, sans vouloir me détacher.

Je sens que les 4 coureurs ne suivent pas forcément bien derrière, mais je ne cherche pas à partir. Je ne me retourne pas, mais je sens l’écart qui grandi.

Je m’attends à voir revenir mes adversaires dans les descentes et faux-plats qui suivent, car l’arrivée est encore loin !

Sans me retourner, je prends conscience qu’il n’y a plus personne derrière moi.

Alors je commence à mettre un peu plus d’intensité dans mon effort, toujours en gardant un peu de réserve, je décide de ne jamais me retourner et de faire ma course. Les montées qui suivent m’éprouvent mais je garde le rythme. Puis j'arrive sur la fin du parcours que je reconnais (pratiquée lors de l’échauffement), alors je prends conscience que je vais finir seul !

Le dernier kilomètre arrive, je peux me retourner pour mieux apprécier cette fin de course ; je vois « Glenic » qui passe devant « foulée des vieilles pierres » et qui revient à pleine allure sur moi !

Blessac-010.JPG

Je ne fais pas un meilleur chrono que l’année dernière sur ce même parcours, malgrès une moyenne de 15km/h, la seule petite déception de la journée.

 

J’apprends à l’arrivée qu’un coureur de « foulée des vieilles pierres »,  a été victime d’un choc anaphylactique durant la course. Cette personne a présenté une allergie exacerbée, due à une piqûre de frelon. Il a été sauvé par un autre coureur du « lac »qui avait à son véhicule une seringue d'adrénaline auto-injectable.

CIMG3011.JPG

Repost 0
Published by chris - dans sport
commenter cet article
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 17:19

IMG20140510 002Depuis ma tendre enfance, je suis attiré par la compétition.

Combien de fois, mes yeux se sont mouillés lorsque Yannick Noah gagnait ses matchs en phases finales de Rolland Garros ! J’avais seulement l’âge de raison !


Ce désir de réussir en compétition grandit, si bien que chaque activité sportive que je pratiquais, était pour me battre contre l’idée de perdre. Et ce désir ne me quitta plus jamais !

A 12 ans, je choisis le JUDO pour partir en quête de médailles. j’ai eu  besoin de les contempler ces médailles. Je réussis à obtenir de mes parents, un mur en liège dans ma chambre, pour pouvoir toutes  les accrocher !


Avec le judo, j’étais lié au code moral. Si bien que ce fût une véritable école de vie. En plus de canaliser mon énergie, le judo m’a mis sur les bons rails, tout au long de mon adolescence !


Ensuite c’était l’heure des blessures, de l’éloignement avec  mon club d’entrainement pour réaliser mes études, cela me fit découvrir d’autres activités sportives, avec un gros penchant pour le plein air !


Si bien que la COURSE A PIED, que je pratiquais déjà pour parfaire ma condition de judoka, devint une autre passion.


Je me rendais vite compte que plus le corps est faible, plus il commande…et plus il est fort et plus il obéit ! Je complétais  cette activité par du vélo, de la natation et du renforcement musculaire…de façon hebdomadaire, durant de nombreuses années, jusqu’à aujourd’hui.


La question : pourquoi tu pratiques autant de sport ? ma réponse : « dès que je m’arrête, j’ai l’impression de régresser, et le compétiteur a besoin de progresser. »

Repost 0
Published by chris - dans sport
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 10:48

  Notre caserne d'accueil sur ParisCIMG2335.JPG

En route vers la capitale afin de courir pour l’œuvre des pupilles des sapeurs-pompiers, un déplacement qui ne se fera pas sans oublier mon objectif !

Faire tomber mon chrono de 2h48'21'' tel est cet objectif !

Pour aboutir, il faudra surmonter la douleur de ma fessalgie et de mes lombaires ! la douleur des derniers kilomètres (que je commence à connaitre !),  aller au bout de soi, au bout d'un investissement, qui a commencé il y a plusieurs mois, lors d’une préparation.

Cette préparation commença en janvier, afin de travailler la vitesse, et gagner en confort sur mon allure marathon…ensuite, à partir de février, place à l’entrainement spécifique basé sur mon allure marathon (15,4 km/h).

La veille de l’épreuve, je récupère mon dossard préférentiel, grâce à mon chrono de moins de 3h00, obtenu sur cette même course en 2012. Cette année sera différente, car Emilie m’accompagne pour son premier marathon. Cette aventure  sera encore plus belle car elle sera partagée !

image1.jpg

Puis, nous sommes accueillis dans la caserne de Sévigné. Une rencontre avec le chef de la caserne, un capitaine, nous permet d’en savoir un peu plus sur l’activité de ce centre de secours !

C’est la plus ancienne caserne de Paris (1812). Elle est classée monument historique. Dans la nuit du 13 au 14 juillet, elle se transforme en grand bal des sapeurs-pompiers…dans sa cour intérieure.

 CIMG2317.JPG

Le lendemain, il faudra se mélanger aux 41 000 coureurs participants à ce marathon…Cette année j’innove, je mets un sac à la consigne pour l’après course. Une petite perte de temps et d’énergie, avant, mais qui sera très utile après la course…pour attendre Emilie qui part sur une moyenne de 10km/h.

Vers le départ, je retrouve le coach (Olivier) de mon club . Il court le marathon sur des bases plus élevées que moi. Nous finissons l’échauffement ensemble, avant de rentrer dans notre sas des préférentiels, juste derrière les élites.

Je suis motivé pour ce 5ème marathon, beaucoup d’efforts consentis ne peuvent pas se finir sur un échec !

Dans le sas, je cherche Christophe Conroix, je l’ai vu la veille, ce champion creusois de course à pied. J’aimerai le voir, pour partager la foulée de cet évènement avec lui.  Et top chrono, c’est le départ !

image2.jpg

Je cours avec Olivier, nous commençons à remonter des coureurs, la vitesse est au dessus de mon allure marathon ! mais je ne veux pas le lâcher car je sais que je ne le reverrai plus ! les kilomètres passent, nous rejoignons Christophe Conroix, je reste avec Christophe, et Olivier nous décroche, il fait sa course, sans se préoccuper de nous, il doit peut-être penser que nous allons le retarder !

Quel bonheur de se retrouver au coeur de cet évènepent sportif ! lié à la FFA
depuis 5 années dèjà...j'aime les valeurs que véhicule ce sport !

Sans-titre.jpg

Peu avant le 10ème km, je laisse partir Christophe Conroix, je n’ai pas envie de me "cramer", il reste 32km à parcourir ! Christophe court sur les mêmes temps qu’Olivier ! je suis à une moyenne de 16km/h, c’est trop élevé ! Stop ! car j’ai déjà 1 min d’avance sur mes temps de passage.

Je décide de faire ma course de mon côté, c’est la 4éme fois que je viens ici, je connais le parcours, mon allure... La bataille se fera avec moi-même !


Il y a peu de vent, mais il fait plus chaud que lors des éditions précédentes. Les kilométres s’enchainent et se ressemblent. Je passe les 30km, tout va bien, j’ai retrouvé mon temps de passage.

Je rattrape Christophe, il n’a pas l’air bien, il n’est plus sur ses temps de passage, il me dit « j’ai les jambes en bois ». Je le dépasse et lui glisse quelques mots « aller Chris, il faut le terminer ce marathon, courage ».

Du 30 au 35eme km, j’ai réduit ma vitesse et je perds 2 min sur mon temps de passage, mais j’ai encore de l’allure !

Je suis en train de me dire que c’est la première fois que je suis devant Christophe, depuis 2 ans que je le connais, mais il n’est pas au top de sa forme aujourd’hui !


J’arrive au 38eme km et c’est encore la même histoire, perte des jambes, de mon allure, la fin va être interminable !!pendant-la-course

C’est maintenant un calvaire, je regarde la montre toutes les 30 secondes, car je sais que je n’ai plus l’allure, une perte de vitesse impressionnante. Je repense à Christophe, je me dis « j’ai les jambes en bois et je ne suis pas arrivé » !

Pourquoi ? une mauvaise hydratation ? (j’ai évité quelques ravitos car j’ai contracté un point de côté en buvant tout en courant !), des cellules musculaires en déficit énergétique ? un départ de course trop rapide ? tout est possible, sauf une préparation insuffisante !

Il ne me reste plus qu’à souffrir. 2h45 restera un rêve et je ne sais pas dans combien de temps, j’arriverai à passer la ligne ?

J’oublie le temps qui a rythmé tous mes entrainements depuis plusieurs mois, Ce temps qui m’a accompagné durant presque toute la course. Mon souhait est devenu : FINIR.

je suis rongé par la souffrance physique de mes jambes en bois ! mais laissez-moi devenir un marathonien de 2014 !

J’arrive enfin sur cette dernière avenue, tenant encore sur mes jambes, je franchis la ligne, exténué. Un long chemin m’attend jusqu’à la sortie, je titube entre la remise de la médaille, celle du teeshirt…direction la table de massage, pour une régénérescence !

dur dur de finir !

20089671.jpg

Les temps intermédiaires montreront que je suis sur des bases de plus de 15km/h sur 30 km, des 30 aux 40 km, je tombe à 14,2 km/h, et dans les 2 derniers km, je m'éffondre à 11,9 km/h !

Le marathon n'est pas un combat facile, malgrès une bonne préparation !

Je claque un 2h49’45’’, Olivier un 2h42, impressionnant le coach, il atteint exactement ce qu'il était venu chercher ! Christophe finit en 3h00, il n’a pas de réussite avec le marathon, mais il a déjà fait beaucoup mieux. Emilie finit en 4h08, une réussite, l'objectif est atteint, une nouvelle marathonienne est née !


J'ai réalisé mon premier marathon en 2006, et puis il y a eu 2010, 2011, et 2012.

A chaque nouvelle course, j’améliorais mon temps, et cela n'est plus le cas aujourd'hui !

La page se tourne sur mon 2éme meilleur chrono sur 5 participations, 

J’ai encore d’autres pages à écrire et peut-être plus sur le marathon !
Je rentre quand même dans les 300 premiers à Paris.


resultats.jpg

 

Repost 0
Published by chris - dans sport
commenter cet article
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 20:06

 

1014706_10201508334254796_1392698958_o.jpg

 

L'année derniére, j'étais en pleine saison de cross, je travaillais ma vitesse !

J'étais parti sur le petit parcours, une réussite, car je fus vainqueur.

 

Cette année, je délaisse les cross, je rentre dans une prépa marathon en janvier, de 10 semaines.

Je travaille les sorties longues. Alors, je tente la grande distance de ce trail, le 24 km !

 

Après 2 mois sans compét, je retouche un dossard. Cette période sans course, me donne une exitation avant le départ. Je retrouve cette envie de batailler devant !

 

Je sais que les conditions du terrain ne vont pas être évidentes, avec toute la pluie qui est tombée durant les jours précédents, les appuis seront fuyants...je n'aime pas trop ce terrain de jeu !

 

Départ commun avec le 15 km, je suis le mouvement de la tête de course. Je ne peux pas encore me situer par rapport à tous les coureurs du 24 km. Dans les premiers kilos, je commence à remonter des coureurs du 15, il y a Rémy avec moi, un très bon coureur du lac (Creuse), le vainqueur de l'année dernière du 24 km !

 

Puis je calle ma course derrière un coureur qui a une très bonne allure...nous n'allons plus nous quitter jusqu'à l'arrivée ! C'est un coureur de l'allier, Quentin.

Arrive, le premier ravito : la bifurcation des 2 courses, je me renseigne sur les coureurs qui sont devant, sur le 24km. Il y en a juste un !

Nous sommes trois à poursuivre ce coureur de tête.

 

Puis nous dépassons ce coureur de tête. Toujours à 3, Rémy traine un peu, il me dit qu'il est au max.

Il finira 4éme de la course.

 

Je me détache avec mon alliérin. Il méne, car il impose une bonne allure ! Nous échangeons quelques mots, une amitié est en train de naitre ! avec un coureur que je ne connaissais pas, il y a une heure ! Le sport , la compét ; c'est aussi pour ces moments là !

 

Nous parcourons toutes les difficultés ensemble, les pieds dans des torrents en dévallant les pentes, le long des chemins de boue, et dans les montées qui nous coupent le souffle. Je vois qu'il a une très bonne vitesse de course, il me prend un peu d'avance dans les relances, mais sur les longues montées, je reviens sur ses pas !

 

Arrive le 20ème km, toujours tous les deux, nous sentons le souffle d'un 3ème coureur arriver ! venant de nul part, il a fait la course derrière. Je me retourne...je le connais. C'est un des meilleurs coureurs haut viennois, Marc, très connu dans la région.

 

Nous voici donc, un alliérin, un haut viennois et un creusois, pour une seule place. La course est plus relevée que l'année dernière. Je sais qu'avec Marc, dans les pattes, cela va être très compliqué ! Je ne l'avais pas vu au départ, sinon, j'aurai senti le coup ! Il finira très fort, il nous laissera tous les deux ensemble.

 

Je commence à trouver cette fin un peu longue, je ne trouve pas les ressources pour gagner ce trail cette année  (3éme, premier creusois !) Quentin, qui a fait toute la course devant moi, me donnera la main pour finir sur l'arrivée. C'est un beau moment, je le retrouve après la course, avec sa femme et son nouveau né qui sont venus l'accompagner...Il s'est senti porté par eux, durant la course !

 

 

 

 

Repost 0
Published by chris - dans sport
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Chris Carpenter
  • Le blog de Chris Carpenter
  • : présentation de différentes activités sportives de plein air illustration de différents voyages à destination d'horizons lointains
  • Contact

Profil

  • chris
  • adepte des grands espaces, des voyages lointains, amoureux de la nature,...
ancien judoka chevronné (ceinture noire 3eme dan), pratique de la course à pied en compétition, du vélo de route, de la natation, de la PPG...
  • adepte des grands espaces, des voyages lointains, amoureux de la nature,... ancien judoka chevronné (ceinture noire 3eme dan), pratique de la course à pied en compétition, du vélo de route, de la natation, de la PPG...

Pages

Liens