Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 21:17

 Le 15 aout 2012, j’emmène mon frangin, au fin fond de la Creuse, sur une course nature (ma 2éme dans le département).

Il vient de Paris, pour me rendre une brève visite, et repartir le lendemain, afin de rejoindre sa dulcinée en Savoie.

L’objectif de la journée, continuer de découvrir le département et me faire plaisir sur cette course nature. C’est cool, je vais pouvoir utiliser le frangin comme reporter photo !

 

Les derniers préparatifs, avant l’échauffement.

DSC013491IMG_0258.JPG

 

Il est 9h30, je pars à l’échauffement, je suis quand même un peu inquiet, car nous sommes mercredi, et le weekend dernier j’étais sur le raid de la Licorne (résultat pas fameux mais pour le premier raid, on s'en contentera : http://www.raid-de-la-licorne.fr/wp-content/uploads/2012/08/Grand-Raid-Cumul.pdf). Je ne suis pas sûr d’avoir récupéré complètement, mais les jambes répondent bien aujourd’hui.

 

Départ pour une aventure en course à pied de 18km à travers les forêts avec 350m de dénivelés positifs.

DSC01372

 

Tout de suite je me calle sur un coureur de la course des 18km. Il fait un début de course rapide et j’essaie de le suivre. C’est un coureur de Niort Endurance, il a de l’expérience, il enchaine beaucoup de courses, plus de 30/an (2 marathons/an, trail,…). Il maintient ce rythme élevé pendant les 5-6 premiers km. Je suis sa foulée, et ne peux faire retomber mes pulsations cardiaques, qui sont montées très hautes depuis le départ. Puis ensuite vient le 7eme km, il ralentit l’allure, cela me permet de prendre le relai, mais je le vois en difficulté, je l’encourage à s’accrocher derrière moi. Il n’arrive pas à suivre, je prends le large et je ne le reverrai pas avant l’arrivée.

 

Ensuite, vient la bifurcation des 12 et 18 km, je me retrouve tout seul devant. Il va falloir bien gérer car je sens que les longues montées m’éprouvent et que je monte trop rapidement en pulsations.

Au 14eme, je suis déshydraté, je lutte contre la fatigue musculaire du weekend et ce ravitaillement en eau qui se fait désiré !

La majeure partie du dénivelé positif de cette course se présente dans la dernière partie, et je lutte seul, seul face à la difficulté, je connais…je suis soulagé de retrouver des parties roulantes sur la fin, pour pouvoir relancer ma vitesse.

 

Je termine avec le temps de 1h20, avec une vitesse moyenne sur ce parcours de 13,2km/h

DSC01386

 

 

Ce coureur très sympathique de Niort (à droite sur la photo), terminera 3eme de cette course, rattrapé par un coureur de Limoges qui a du se perdre dans le balisage de la course…

DSC01392.JPG

 

Cela valait bien une petite photo du SAM Guéret avec nos breloques ! 

DSC01396.JPG

 

 

Une photo avec tous les participants très performants et sympathiques de SAM GuéretDSC01401.JPG

 

tous les résultats sur http://bases.athle.com/asp.net/liste.aspx?frmbase=resultats&frmmode=1&frmespace=1176&frmcompetition=092194

Repost 0
Published by cris - dans sport
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 21:07

 

299980_385872658167297_1935968484_n.jpg imm023.JPG         

LE TOIT DE L'EUROPE (un souvenir inoubliable !!) 

Aprés l'ascension de la barre des Ecrins (massif des Ecrins) et du Grand paradis (Italie),

je m'engage dans un 3éme 4000m ;

le Mont-Blanc par la voie royale,

l'arrivée au sommet avec Joseph         

 

imm017.JPG

2eme jour, trés physique, un départ de nuit, avec des portions de pente à 40°,

une rimaye à passer (où Joseph perdit un gant),

il fallait partir du refuge (3000m) pour atteindre les 4810m d'altitude

 

imm014-copie-1.JPGimm015.JPG

des passages techniques dans les crevasses le 1er jour, pour rejoindre le refuge des grands mulets à 3000m

Joseph à gauche, Jean Luc à droite et moi au milieu !         

 

imm010-copie-2.JPG

Joseph nous guide, il part en reconnaissance, "corde tendu Chris ! ", "ok Jo je t'assure ! "  

c'est normal Jo que l'on soit seul ici dans ce champ de crevasses !!

 

 imm001.JPG

 Joseph l'a déjà atteint 6 fois, Jean Luc 1 fois, moi aucune ! et là on n'est pas sur la voie normale !!!                    

 

imm024-copie-1.JPGimm008-copie-2.JPG

départ à l'altitude de 2300m, pour 3 jours en autonomie, avec Jean-Luc (arrêt à 4300m)

et Joseph (sur photo de droite) pour le sommet du Mont Blanc.

les conditions sont idéales, nous pouvons nous engager !

 

 401674 385883368166226 1825573915 n

Montée vers la Grande Sure, avec Jean-Luc

 

 312748_385881851499711_109206471_n.jpg

Ascension de la Grande Sure (massif de la chartreuse), avec caméra embarquée

 

 44693_385884814832748_428965300_n.jpg

les derniers pas vers la Grande Sure, en raquettes, au fond le Mont Blanc         

 

 grande-sure.jpg

la Grande Sure (une vue du bas)

 

530552_385884301499466_1393242910_n.jpg

dans la montée de la Grande Sure, en raquettes

 

 537643_385879198166643_463918115_n.jpg

les rochers du baconnet (massif du Vercors)

avec Jean-Luc

549593_385877681500128_573489862_n.jpg

les rochers du baconnet en raquettes (massif du Vercors)          

003.jpg         

les aiguilles d'Arve

 
Repost 0
Published by cris - dans sport
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 15:56
1 mois après le marathon de Paris, je renoue avec la course nature, avec une première participation
au trail de Saint Marcellin (38).
Un peu dans l'incertitude ! une première course après le marathon, juste 1 mois après !
je ne savais pas si j'avais bien récupéré, mais j'avais quand même repris les bosses à l'entrainement !
 
Sur cette distance de 21,6 km accompagnés de 500 de dénivelés positifs, je trouvais mon rythme trés vite.
Un départ prudent me plaça, à la tête, mais accompagné des 2 autres coureurs qui formeront le podium de ce trail.
Je connaissais celui qui finira 3ème (dans mon club), un spécialiste des courses de montagne, mais pas le futur 2ème !
Armé d'une bonne vitesse, due à mon entrainement sur marathon je pris le large sur les parties plates.
 
Seul en tête, je gérais mon avance, mais dans les derniers km, j'entendis des applaudissements.
Jusque là rien d'alarmant, si ce n'est qu'ils ne m'étaient plus destinés, car j'étais déjà passé !
je compris que le 2ème revenait à toute allure sur moi !
j'ai du finir au sprint ces 21 km pour ne pas voir revenir ce fameux coureur ardéchois, qui finira à 1 minute. 
au final un chrono de 1h36, une vitesse de 13,4 km/h, avec 92 coureurs sur cette course.
 
St-Marcellin 2
dl
 
BONUS :
 
Un mot de mon président du club d'athlétisme de "Coureurs du Monde de l'Isère" :
 
"On aura eu juste le temps d'apprécier ta compagnie et ta gentillesse.
 
Nul doute que tu vas laisser beaucoup de regrets au club.
 
Amitiés dans cette nouvelle voie. Bernard"
Repost 0
Published by chris - dans sport
commenter cet article
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 10:11

marathon-paris.jpg

Avant l'épreuve : 

Je réalise une préparation de 10 semaines, en course à pied, dans une volonté : - d'améliorer le chrono d'Annecy en 2011 (2H52)  - de dépasser la vitesse moyenne des 15km/h

Pendant cette préparation, contrairement à 2011, j'ai plus respecté le programme de course à pied (avec 565km effectués sur cette période). Avec du vélo de route, j’ajoute plusieurs séances de natation par semaine, pour trouver un équilibre…

 

photo-stand.jpg

 

L'épreuve :

Le marathon de Paris, c’est visiter, pendant 3h, une capitale vide de véhicule ! d'accord nous sommes 40000 à faire la même chose, mais avec mon dossard préférentiel, je peux laisser le gros paquet derrière moi et seulement 400 participants devant !

Par rapport à 2011, je pense avoir gagné encore un peu de vitesse, en courant plus de cross.           Je suis plus affuté sur le physique, dans la préparation, mais la question continuelle est : vais-je pouvoir tenir cette vitesse sur du aussi long ??

Dés les 1er km, parmi cette foule de coureurs, je reconnais un coureur, il va à la même vitesse que moi, il n'a pas un maillot de pompier, mais je sais que je l'ai vu au cross national pompier. Je lui ai pris la foulée pendant cette épreuve et nous nous sommes départagés seulement à l'arrivée. Après lui avoir demandé ses objectifs, je mets en place la même stratégie sur le marathon !!

Je pars sur des temps pour m’amener à 2h45...pour me permettre de dépasser les 15km/h sur l’ensemble du marathon.

Difficile de s'échauffer sur une épreuve avec autant de monde, mais je pars d'entrée de jeu sur mes temps de base (19min au 5km, puis 39min au 10km)...je sens que les jambes répondent mais elles restent un peu douloureuses, aie , aie, aie ! je comprends vite que je peux tenir cette allure, mais je sais que je n'échapperai pas, à un moment donné de la course, à ces douleurs intenses...c’est l’expérience qui va compter...

Avec ce pompier de l'Ain, je le colle, comme un élite qui a trouvé son lièvre ! nous avons le même rythme, tout va bien.

Au 15e km, je suis toujours dans mes objectifs, au semi-marathon, idem, je le passe en 1h22 (à 2min de mon reccord), avec ce pompier de l’Ain ! Mais je vois qu'il fait sa course sans se soucier de s'abriter, ce qui m'expose de plus en plus à des rafales de vent. En le questionnant, il me dit que c'est son 2eme marathon. Le 1er, il l'a fait à Annecy l'année dernière, que des coïncidences !!

J'ai la lucidité de penser qu'il lui manque de l'expérience et qu'il va se griller à courir tout seul, dans ce vent toujours présent (en rafales de 60km/h).

Je le laisse partir en essayant de me caller sur d'autres personnes qui courent de façon régulière.

Je trouve 2 autres personnes qui se connaissent, je me calle sur eux. Ils courent sur mes objectifs.

Ils tiennent la route...mais c'est toujours le même qui entraine l'autre...nous courons ensemble pendant prés de 15km.

Peu avant le 35e, l'autre commence à ralentir l'un, c'est dur pour moi aussi. J’ai perdu 1 minute sur mon temps, car mes jambes sont devenues bien plus douloureuses mais je supporte encore. J'ai toute ma lucidité. Je vais la garder jusqu'au bout de la course.

Puis, le train devient trop lent, je décide de partir devant et je les laisse tous les 2. Il ne faut pas que je me retrouve dans un faux rythme, en dehors de mes objectifs.

Arrive le 35eme, ça y est, je suis dans le mur, dans la période attendue, des douleurs insupportables se présentent et je me retrouve seul...et il reste 7km, je ne veux pas reproduire Annecy, je me reconcentre :

« t'as que 7km à faire, à souffrir le martyr, au bout il y a ta victoire, celle de ne pas avoir fait tout cela pour rien, celle d'avoir accompli une belle course, ...»

Je suis très mal, j’ai la casse musculaire, je sais que dans les jambes, il y a un énorme désordre physiologique, mais je me rappelle une interview d’un élite :  «...le marathon, se joue plus sur le mental... »

« alors, il faut finir et je vais tenir...et pas comme à Annecy, avec de la vitesse...autrement c'est cuit pour le chrono »

Je double des gars à l'agonie, qui courent sur place. Je me fais peu doubler, j'essaie d’accrocher ceux qui me doublent, mais c'est trop dur, j'échoue...7km c'est long, je suis dans le vent, seul...et le vent souffle de face ! Je suis lucide, il faut que je me calle sur quelqu'un à tout pris, pour me donner toutes les chances de finir correctement. 

Il reste 4 km, puis j'arrive à accrocher un gars qui me double...il n'est pas pompier mais il va me sauver !!...j'arrive à le tenir...je vais me concentrer sur sa foulée, pour le suivre jusqu'à la ligne d'arrivée...ma vitesse a grandement chuté, mais je vais le finir ce marathon...et correctement.

Je perds encore 2 minutes sur ces 7 derniers kilo…ma vitesse n’a pu dépasser 13-14 km/h.   

J'arrive au bout de cette épreuve, je contourne l'arc de triomphe, il est maintenant impossible d'accélérer, et soudain, je retrouve un pompier, que j'avais côtoyé en course, je l'avais laissé partir, car il  partait sur 2H40, il a craqué à cause de douleurs, il a du mal gérer, je finis juste devant lui, sans avoir pu réaccélérer...

l'arche de l'arrivée est en vue...d'habitude, je suis envahi par l'émotion, j'ai la petite larme, mais aujourd'hui je franchis la ligne très abattu dans un énorme soulagement, en 2H 48minutes 21secondes.

3-copie-1.jpg marathon-solo.jpg 

  Bilan :

Je sauve mon marathon, en améliorant de 4min mon record sur Annecy, en faisant mieux de 10 min sur Paris, il y a 2 ans. 

Le pompier de l'Ain finit a 40 secondes devant moi, bravo à lui, je l’avais battu au cross national ! belle revanche. 

Cette fois-ci, sur ce 3e marathon dans la capitale, je n’ai rien vu de Paris…j’étais trop dans ma course !       

Aujourd'hui, j’arrive à combattre les derniers km, mais à l’avenir, est-ce que je pourrais encore trouver un objectif de temps dans mes capacités ???...la réponse est oui, car je peux encore progresser !

  P4220204.JPG

Dossard : 1332

Classement réel : 318ème/32900 classés

Classement officiel : 312ème

Classement catégorie (V1): 92ème

Temps réel : 02:48:21

Temps officiel : 02:48:35

Vitesse réelle : 15,09 km/

Vitesse officielle: 15,04km/h

   20130102181225282 0001

 

Temps

classement

Distance

02:18:11

345

35

01:57:41

423

30

01:37:41

393

25

01:22:27

308

semi

00:58:37

422

15

00:39:01

423

10

00:19:29

426

5

Repost 0
Published by cris - dans sport
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 15:03

 

logo-cross.jpg           IMG 0065

 la délègation iséroise...il y a des costauds !!

 

DSCF4890.jpg DSCF4891.jpg

 à quelques secondes du départ...le calme avant la tempête ! bousculade lorsque plus de 300 compétteurs veulent la 1ére place... 

   

l'année dernière j'avais chuté dans le passage qui se rétrécit ! 

DSCF4898.jpg CNSP2

 

à 16,6 km/h de moyenne sur plus de 8km...à fond dans les graviers !

 

    CNSP1

 

Après une journée de bus et de tourisme, les choses sont devenues plus sérieuses le lendemain...

Des menus sportifs n'ont pu laisser de place à l'aligot et aux tartines de roquefort !!

Un menu sélectif, à base de dévers, beaucoup de relances et de montées et descentes, m'attendait sur plus de 8km, ce dernier jours du mois de Mars.

Je sentais qu'améliorer mon résultat de l'année dernière (27e/306 classés), allait être plus dur, car des départements étaient venus en force, comme la Haute-Savoie, qui place au cross de la région Rhône Alpe-Auvergne, 3 gars devant moi, non présents l'année dernière !!

je fais un départ prudent au sein de 346 participants, qui représentent les 5 meilleurs de chaque département français.

Je me retrouve dans la centaine, mais pas encore trop loin des premiers, seulement en distance !

Après avoir digérer ce départ ! toujours rapide, je commence ma remontée.

Je me fais plaisir à gagner des places, et tout d'un coup, je vois que j'ai mon dauphin isèrois sur mes talons !

il est en super forme...

Je mène dans la première partie de course, puis il prend les devants dans la deuxième partie. On courre en équipe.

Je suis pas mal, mais je sais qu'il va finir plus fort que moi (il a déjà fait un podium au national).

je m'accroche à ses talons tant bien que mal. Mes pulsations n'ont jamais étaient aussi hautes 175-178/min, je suis au taquer...battant la chamade...

je suis obliger de décrocher et de le laisser partir...car je commence à être dans le rouge !

il faut que je gère le final...

 

le cross, c'est dur, en plus des jambes il y a les pulsations qui s'affolent, qui sont au maximum.

Ainsi, je cherche mon air, je suis proche de l'asphyxie (chose que je ne retrouve pas sur un marathon par exemple).

je bataille jusqu'au bout pour garder ma place. Je finis à 10 secondes de l'isérois, qui fait 22eme.

ces 10 secondes me coûtent 5 places au général.

conclusion, je finis à la même place que l'année dernière (27e/304 classés), mais sur un parcours plus dur et avec une vitesse plus élevée, passant de 15,74 km/h (en 2011) à 16,6 km/h.

J'aime batailler pour le podium, aujourd'hui j'ai bataillé pour les honneurs...

 l'important  n'était pas le triomphe, mais le combat...

 

BONUS :

acticle dans la page du site officiel des "Coureurs du Monde de l'Isère" :

http://cmi-tullins.athle.com/asp.net/espaces.html/html.aspx?id=9875 

Repost 0
Published by cris - dans sport
commenter cet article
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 07:08
 IMG_7796-copie-1.jpg
Le 09/10/2011, pour courir 24 km et 1100m de dénivelés positifs. Un départ sous la pluie, presage déja, que la course ne se présente pas dans les meilleures conditions...
Un trail très éprouvant, l'un des plus dur que j'ai effectué. le fait de l'avoir reconnu, 3 semaines auparavant m'a aidé psychologiquement à tenir ma place jusqu'au bout. Par endroit sur plusieurs kilométres, c'etait un champ de boue, où il n'était pas possible d'échapper à l'emprise de celle-ci jusqu'à la cheville, des montées raides où les appuis étaient fuyants et avec quelques descentes à pic, à un tel point qu'il etait difficile de contrôler sa vitesse.
finalement on n'est pas si mal sur le marathon !! IMG_0218-copie-1.jpg
PHO_1487-copie-1.jpg
Je finis 12eme au scratch sur 237 et 2eme veteran1 en 2h12'49'', 1er du département de l'Isère. Un terrain plus roulant aurait été plus à mon avantage.
 BONUS : 
 trailSP.jpg 
 le Dauphiné libéré : 
 trailSP2-copie-1.jpg 
Repost 0
Published by cristobal - dans sport
commenter cet article
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 07:02

314678_160316054056293_100002336973759_301858_1916082862_n.jpg

la remise du ramasse-poussière !

 

25/09/2011, en route pour courir 16,1 km et 300m de dénivelés positifs (la grésylienne), le plus vite possible ! sur les hauteurs du lac du Bourget.

Devant il y a un concurrent sérieux, il a gagné, cela fait 2 ans la diagonale des fous (à La Réunion, 163 km et 9600m de dénivelés positifs en 22 heures), un extraterrestre !

d'ailleurs on est dans le même club, il fait 2 et moi 4 au scratch, en me mettant plus de 3 minutes...mais je fais 1er dans ma catégorie, d'où cet honneur de fouler la première marche !

Repost 0
Published by cristobal - dans sport
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 17:50

    VTT-monde.jpg  20130103142444837 0001vtt.jpg

Repost 0
Published by cristobal - dans sport
commenter cet article
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 06:50

 

chambottine.jpg

Un dimanche de 8 mai, je déserte les commémorations pour prendre de l’altitude,

au dessus du lac du Bourget. La Chambotte est le terrain escarpé que je choisi, pour partir à la  bataille !!!

J’accroche dés le départ les trailers les plus affutés, pour ne plus les quitter des yeux.

Je sens tout de suite que mes jambes préparées pour le marathon, ont du mal à retrouver l’accumulation des dénivelés et les changements de rythme d’une course en nature.

Je comprends que je ne pourrais pas revenir sur les 2 premiers, il me faut défendre ma place dans les 5 jusqu’au bout. J’ai le 3eme  à 30 secondes devant. Un endroit mal balisé me fait revenir sur mes pas dans les derniers kilomètres, et le 5eme me revient dessus, nous repartons ensemble dans la bonne direction !

C’est fini pour la 3eme place.

Je fais 4eme au scratch et 2eme dans ma catégorie. Le 27eme bataillon des chasseurs alpins était de mission en raflant 2 places sur le podium. En photo,  je ramène un ramasse poussière de plus ;-) et la banane jusqu’à la prochaine course !!

Repost 0
Published by cristobal - dans sport
commenter cet article
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 17:13

Annecym-C3-A9daille.jpg

Annecy, le 17 avril 2011, 8h00, le temps est frais, le ciel est bleu, cela est de bonne augure pour ce qui va suivre.

Depuis quelques années, je cours après…le temps.

Je connais bien le lac du Bourget, mais aujourd’hui je vais courir autour du lac d’Annecy,

pour mon 3éme marathon.

La préparation a été sérieuse, je le sais j’ai gagné en vitesse, mais au fruit peut-être de quelques sorties longues…

Habitué au marathon de Paris, avec ses plus de 35000 participants, je me retrouve au sein de 3200 participants.

Cela me permet d’être avec les élites (on parle du départ !) et de ne pas piétiner, de trouver tout de suite ma foulée de course.

Les jambes répondent et j’ai avec moi mon moral de gagneur.

J’ai comme objectif de courir à 4 minutes au KM, pour m’amener à un temps de 2H48-2H50 au maximum.

 

Au 5 KM, je suis en avance sur mon temps de passage, d’une minute. Cette fameuse minute, je ne suis pas prêt de l’oublier…

 

Contrairement à 2010, où je termine en 2H58 (mon record, à Paris), je cours devant le ballon de 3h.

je continue sur ce rythme, je me calle sur un groupe. Ce qui compte pour moi, c’est de ne pas accélérer et de garder une régularité dans l’effort.

 

Je vais garder plus d’une minute d’avance sur mon objectif, jusqu’au 30eme KM.

Au 10 KM, je passe en 39 minutes, je suis à 3 minutes de moins que l’année dernière.

Au semi, je passe à 1H23, soit 5 minutes de moins que Paris. Je suis vraiment bien.

Au 30 KM, je passe à 1H59.

Ensuite je poursuis, sur le même rythme.

 

Mais, au 35eme, je perds ma foulée car mes jambes deviennent totalement dures. Je sens que je perds pied. Je suis en train de payer ma minute de moins. Je le sais…j’ai tenté et je risque de tout perdre…

 

Je suis lâché par mes collègues de courses.

Je me retrouve seul, je cours seul face à la douleur, et je vois mon objectif qui s’éloigne.

A me demander si je vais arriver à finir. Mais pourquoi je n’ai plus de jambes…c’est physiologique… arrivant à atteindre le psychologique…il n’y a pas de doute.

 

Il reste encore 7 KM, je calcule soit encore au moins 30 minutes de course… j’ai en face de moi une grosse difficulté…cette difficulté je l’ai cherché, il va maintenant falloir la vaincre.

 

Je me remotive, ces 30 minutes, je ne veux pas les regretter. Je prends la décision de ne plus regarder le temps au km, il me faut que des choses positives dans mon esprit, à ce moment de l’épreuve.

Je suis sans arrêt rattrapé, par les concurrents, chose qui n’était pas arrivé, avant le 35eme.

Je repense à ma façon de finir les marathons, la même que ces concurrents qui me dépassent.

Mon moral de gagneur est au plus bas.

Mais, je me dois de finir en courant, je le sais maintenant, c’est l’esprit qui me mènera jusqu’au bout, le corps a fini sa partie…

 

C’est le 40eme, je retrouve un peu de vitesse jusqu’à l’arrivée…car le public aide et le corps est pressé d’en finir !

Pour les dernières foulées, l’émotion prend la place de la douleur, je réalise que c’est fini, c’était le plus dur de mes 3 marathons…

Je regarde mon temps, ce fameux temps, qui passe et qui ne se rattrape plus, pour lequel je cours…2H52  en temps officiel, peut être moins en temps réel, je ne sais pas…peu importe, l’essentiel c’est d’avoir gagné sur la difficulté.

 

DSCN7802

je suis en blanc, je me réconforte auprès de l'élite !

DSCN7765.JPG

au départ, toujours un peu tendu car il reste à faire 42,195 KM !!
DSCN7804.JPG
je sympathise avec un beninois qui fait 4eme et est venu juste du Benin pour cet événement
final-copie-1.jpg
vaincu sont ceux qui n'espérent pas vaincre...
20130102173319458 0001    
Repost 0
Published by cristobal - dans sport
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Chris Carpenter
  • Le blog de Chris Carpenter
  • : présentation de différentes activités sportives de plein air illustration de différents voyages à destination d'horizons lointains
  • Contact

Profil

  • chris
  • adepte des grands espaces, des voyages lointains, amoureux de la nature,...
ancien judoka chevronné (ceinture noire 3eme dan), pratique de la course à pied en compétition, du vélo de route, de la natation, de la PPG...
  • adepte des grands espaces, des voyages lointains, amoureux de la nature,... ancien judoka chevronné (ceinture noire 3eme dan), pratique de la course à pied en compétition, du vélo de route, de la natation, de la PPG...

Pages

Liens